Skip to content

Revue de presse (4 -11 mars 2013)

mars 12, 2013

source al arabiya

Une image tout d’abord. Celle du président iranien Ahmadinejad dans les bras de la mère du défunt président vénézuélien Hugo Chavez. Le quotidien saoudien al Arabiya s’est empressé de reporter le scandale que ce geste a provoqué au sein des milieux conservateurs iraniens notamment chez les membres du Parlement. (Lire l’article en arabe) . Parmi eux, le député Mohamed Dahkan  parle d’une conduite non musulmane et  évoque « un courant déviant » au sein de l’entourage d’Ahmadinejad. Ces critiques seraient surtout un prétexte en vue des futures élections prévues en août prochain.

Le gros de l’actualité cette semaine dans les médias arabes concernait les récents événements en Egypte. Alors que la justice a annoncé mercredi le report des élections législatives prévues en avril, la confirmation samedi de la peine de mort à l’encontre de  21 supporters dans l’affaire du massacre de Port-Saïd a ravivé les tensions. Des violences ont éclaté au Caire mais aussi à Port-Saïd qui depuis l’annonce de ces condamnations connaît des violences régulières. Au Caire, le bâtiment du club de la police situé à côté de la fédération égyptienne de foot a été incendié.

Le site d’information égyptien Tahrir news, rapporte le communiqué de la coalition révolutionnaire de la jeunesse, « L’étincelle » appelant les révolutionnaires à se réunir vendredi. Ses membres indiquent que « la violence révolutionnaire légitime devra nécessairement avoir lieu ». Le communiqué invite également l’armée à se joindre aux révolutionnaires contre l’injustice. (Lire l’article en arabe)

Dans le contexte actuel, la question sécuritaire est un enjeu de taille au coeur des événements sociaux et politiques. La police égyptienne a d’ailleurs entamé une grève pour dénoncer son instrumentalisation.  Les forces de sécurité semblent ainsi attirer l’attention de la presse égyptienne, notamment al Masry al youm, qui réalise une enquête sur les forces de la Sécurité centrale (formées sur le modèle de la gendarmerie française).

force sécu centrale

A travers des témoignages de recrues, l’article détaille les conditions de travail éprouvantes de ces hommes venus pour la plupart des provinces. Pour un salaire de 220 livres en moyennes, les recrues travaillent parfois jusqu’à 12h par jour. Parfois en poste dans des fourgons chargés de 70 personnes, certains s’évanouissent. Le journaliste a également interrogé des sources médicales et selon un professeur de psychiatrie de l’université du Caire, ces hommes ne souffrent pas uniquement du stress et de la fatigue mais surtout du sentiment d’infériorité. Peu d’entre eux ont été scolarisés et manquent de perspective. Avant tout, c’est l’image très négative de leur fonction qu’ils subissent. Le directeur d’un hôpital de santé mentale du Caire affirme recevoir quatre à cinq cas par jour parmi les forces de sécurité. Le responsable du service de la Sécurité centrale au ministère de l’Intérieur va dans ce sens : « la recrue est l’homme le plus triste d’Egypte », déclare-t-il. Le Général revient également sur les événements du 25 janvier lorsque des forces de la sécurité ont tiré sur la foule. Selon lui, il s’agit d’une erreur grave liée au manque d’entraînement. Mais il rappelle aussi que la fonction première de ses hommes est d’assurer la sécurité contre des groupes terroristes, des gangs ou autre mais leur terrain n’est pas celui des des manifestations. (Lire l’article en arabe)

Le même journal publie une tribune prenant la défense de la police et des forces de sécurité. Selon le journaliste, ces hommes sont « la texture de ce peuple qui se vante d’avoir éliminé l’oppression et la tyrannie. Ces gens là ne viennent pas d’une autre planète et il est injuste de tous les mettre dans le rang des tyrans et des corrompus. (…) ils ont bien compris la leçon, appris des erreurs du passé et ne veulent plus y revenir ». Le journaliste met en garde « Nous devons construire ensemble une aube nouvelle en Egypte avant de perdre les faveurs de la sécurité et ce jour-là, nous le regretterons ». (Lire l’article en arabe)

En Irak, dix ans après le début de l’intervention militaire américaine, le pays semble au bord de la guerre civile selon certains commentateurs. Le journal al Hayat, revient sur l’aggravation de cette crise.

Source al Hayat

L’article évoque les nombreuses manifestations contre le régime qui accuse les protestataires d’appartenir à Al Qaïda mais aussi les divisions politiques notamment au sein de la « liste iraquiya», principale force politique au Parlement iraquien. Le rôle politique des Kurdes est également évoqué, notamment sur la question de l’arrêt de l’exportation du pétrole kurde. (Lire l’article en arabe)

Le quotidien panarabe Elaph se penche quant à lui sur la campagne électorale dans le cadre des élections provinciales locales prévues le 20 avril. Le journaliste met en avant la similarité des méthodes de campagne avec l’usage de slogans déjà entendus et la présence de figures déjà vues. Selon la commission électorale, 1800 candidats se présentent dans les quatorze provinces sauf dans les régions kurdes. La campagne est marquée cette année par la promotion des couples. Les candidats posent aux côtés de leurs femmes ou encore ces dernières appellent à voter pour leur mari. L’article traite au passage de la corruption en évoquant ces chômeurs payés par les candidats pour distribuer des tracts accompagnés d’une somme d’argent. Selon l’un de ces hommes, il ne s’agit pas de pots-de-vin mais de charité. Un phénomène nouveau, celui de l’influence croissante des clans en Irak, qui a un impact direct sur la campagne puisque chaque candidat se bouscule pour avoir les faveurs du doyen de sa tribu. A l’inverse, le référent religieux semble en net recul. (Lire l’article en arabe)

La situation politique en Tunisie connaît quant à elle de nouveaux rebondissements et de nouveaux scandales. Au lendemain de la formation du nouveau gouvernement Laarayedh, un rapport vient de paraître sur le taux élevé d’absentéisme lors des votes à l’Assemblée constituante (ANC). Le journal en ligne tunisien Jadal revient sur les réactions des députés suite à la publication de ce rapport. Selon un député Ennahda, cette méthode est illégale estimant qu’il faut consulter l’ensemble des représentants de l’Assemblée constituante avant d’assister aux séances. Il qualifie au passage l’organisation « Bawasala » à l’origine de ce rapport d’ « administration parallèle de l’Assemblée constituante » puisqu’elle aurait accès à des informations confidentielles (Lire l’article en arabe). De son côté, Selim Kharrat, directeur exécutif de l’association Bawasala, s’est exprimé dans une tribune parue sur le site francophone Mag14 (Lire l’article). Autre scandale, celui concernant le président de la République Moncef Marzouki, accusé par Salam Zahran (directeur du Media Focal center à Beyrouth) de continuer à percevoir un salaire mensuel de 50 000 euros de la chaîne qatarie Al jazeera pour qui il a écrit. Interviewé sur Radio Express FM, Salam Zahran affirme que le président tunisien travaille pour la chaîne qatarie et défie Marzouki devant les tribunaux. De son côté, Mag14 met en avant les positions pro-Assad du Libanais pour expliquer cette accusation, étant donné le parti-pris anti Assad de Marzouki. (Lire l’article)

Source Assafir

Alors que les combats et la répression continuent en Syrie, le nombre de réfugiés syriens continue d’augmenter notamment dans les pays voisins. Le journal libanais Assafir consacre un article sur les déplacés syriens installés dans les camps de Sabra et Chatila. Selon le journaliste, l’ampleur de situation à laquelle est confronté le Liban dépasse celle vécue lors de la Nakba (Catastrophe qui désigne l’exode des Palestiniens en 1948 lors de la création d’Israël). L’article indique que seuls les camps du nord du Liban et de la région de la Bekaa sont reconnus par les organismes des Nations unies. (Lire l’article en arabe)

Le site d’information en ligne libanais, NOW, évoque une opération de l’armée israélienne empêchant samedi la tenue d’un mariage symbolique en Cisjordanie. Le mariage devait avoir lieu à un barrage militaire entre Ramallah et Jérusalem avec une mariée arabe israélienne de Nazareth. La mariée a été empêchée d’arriver et l’armée a dispersé les cinquante Palestiniens réunis pour l’occasion. Cet événement organisé par  la campagne « L’amour au temps de l’apartheid » avait pour but de dénoncer les obstacles aux unions entre Palestiniens et Arabes israéliens. En janvier 2012, une loi de la Cour suprême israélienne a interdit les mariages entre Arabes israéliens et Palestiniens. L’article rappelle que 20% de la population en Israël est arabe. (Lire l’article en anglais)

Enfin, journée internationale de la femme oblige, nous nous sommes intéressés à des articles parus cette semaine dans la presse algérienne. Le quotidien Al chourouk nous fait découvrir la fonction de guide religieuse, introduite par un décret législatif en 2008. Ce statut est attribué à l’issue d’un diplôme en droit islamique. On compte aujourd’hui 800 guides religieuses à travers 16 000 mosquées mais ce nombre reste, selon le journal, insuffisant en regard des « besoins » de la société algérienne en matière d’orientation et de prédication. Ces guides religieuses sont donc présentes dans les universités mais aussi les prisons à l’instar de

Femmes algériennesHassiba Khalid, directrice de mosquée qui intervient dans les prisons où elle s’occupe de la réinsertion des prisonniers et de leur repentance à travers la lecture du Coran. Autre exemple, celui d’une bénévole qui a « sauvé » une famille de la christianisation. Les guides religieuses travaillent également auprès de jeunes filles tombées enceintes hors mariage (Lire l’article en arabe). Le site d’information en ligne, Algérie Focus, revient pour sa part sur la question de l’abrogation du code de la famille, le système juridique actuellement en vigueur dans le pays qui place la femme sous la responsabilité d’un homme (père, mari, frère) tout au long de sa vie. Cette revendication est en partie portée sur le plan politique par la chef du parti des travailleurs, Louisa Hanoune (Lire l’article). Enfin, le quotidien Al Watan consacre quant à lui un article sur le salon international de la femme « Eve 2013 » à Alger. Au programme : conseils beauté, vente à bas prix  de produits de beauté (dont certains importés de Syrie)… (Lire l’article)

Iza Zmirli

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :