Skip to content

Réflexions orientales

Le Roman du Bicornu : Alexandre à Tombouctou

MAI 3, 2013

9782330013394Quand René Caillié arrive à Tombouctou en 1828, il dit découvrir « une ville abandonnée ». Pourtant, à quelques pâtés de maisons de l’endroit où l’explorateur français consigne ses notes de voyage, un uléma met la dernière main à un ouvrage de philosophie consacré à « l’évaluation critique de la conception de la vie chez les matérialistes, les naturalistes et les physiciens, avec des considérations sur la nature transitoire du monde, l’existence ou la non-existence de l’esprit et la nature des sphères célestes. » Si l’observateur romantique a en effet manqué d’acuité, il est vrai également que cette ville légendaire de l’empire songhaï vit les derniers feux du rayonnement culturel qui avait été le sien. L’occupation française met un terme final à la production intellectuelle en langue arabe dans « la ville des 333 saints ». Les manuscrits sont dissimulés, emportés, perdus, protégés, et finalement oubliés. Il faudra attendre les années 1990 pour découvrir la masse de ces 100 000 manuscrits, les classer, les étudier. Entre-temps, on a fait de l’Afrique le continent de l’oralité, d’aucuns diront de l’analphabétisme. Voilà déjà de quoi désorienter le regard, mais ce n’est pas le sujet de cet article. Près de 200 ans après le passage de Caillié à Tombouctou, le linguiste George Bohas découvre parmi des manuscrits de jurisprudence musulmane un drôle de récit : l’histoire d’Alexandre le Grand, plus connu en arabe sous le nom de Dhu l-Qarneïn, le Bicornu.  Lire la suite…

                                                                                                                                                                                                       

Mutanabbî, le prophète armé

AVRIL 28, 2013

9782330014360

إذا رأيتَ نُيوبَ اللَيثِ بارزةً فلا تظُنَّنَ أنّ الليثَ يبتسمُ

Lorsque tu vois les crocs d’un lion saillir, ne crois pas que le lion est en train de sourire

Ce célèbre vers de Mutanabbî passé en proverbe pourrait s’appliquer à Patrick Mégarbané et sa faconde souriante et tranchée. Nous avons pu en juger le 11 avril dernier, lors d’une conférence de l’auteur invité par DesOrient à présenter à l’Inalco son essai Mutanabbî, le prophète armé. Pourtant, s’il y a un artiste dont on puisse dire : il se défend par lui-même, et il n’a pas besoin de moi ou de mon essai pour être reconnu, c’est bien d’Abû Tayyib al-Mutanabbî, poète du Xe siècle considéré par la tradition littéraire arabe comme le plus grand, étudié à l’école et affectionné par les gens.  Lire la suite…

                                                                                                                                                                                                      

Edward Said’s Orientalism

MAI 18, 2012

A conventional assessment of Edward Said’sOrientalism reduces his entire thesis to the subtitle of the French edition : L’Orient créé par l’occident (The Orient created by the Occident).To summarize this point of view, Said ties Orientalism, that is the academic field, to colonization, registering them both in the same historical paradigm and, in one fell swoop, reproves an entire scholarly field. If this was really what he said, it would seem like a bit of an exaggeration. Let’s say this right away, so there is no possible ambiguity. Said never claimed that the Occident created the Orient, that is, that the geographic and cultural area understood as “the Occident” invented the geographical and cultural area understood as “the Orient.” For Said, the Orient created by the West, is Orientalism. That is his thesis. Orientalism, born of the West, superimposed its own representations of the Orient, on the Orient. Continue reading…

.

                                                                                                                                                                                                       

L’Orientalisme d’Edward Said

AVRIL 28, 2012

Une opinion conventionnelle existe à propos deL’Orientalisme d’Edward Said, sous-titré en Français « l’Orient créé par l’Occident ». Cette opinion se résume ainsi : Said lie l’orientalisme à la colonisation, les inscrit dans le même paradigme historique et jette du même coup l’anathème sur toutes les études orientales, ce que l’on trouve « un peu fort de café ». Disons-le tout de suite afin qu’il n’y ait plus d’équivoque possible. Said n’a jamais affirmé que l’Occident avait créé l’Orient, au sens où l’aire géographique et culturelle comprise comme « l’Occident » aurait inventé l’aire géographique et culturelle comprise comme « l’Orient ». Pour Said, l’Orient créé par l’Occident, c’est l’orientalisme. C’est là toute sa thèse : l’orientalisme produit par l’Occident va se superposer à l’Orient dans la représentation qu’il s’en fait. Lire la suite…

.

                                                                                                                                                                                                        

Nerval en Orient : du journal de bord au roman du Voyage

AVRIL 4, 2012

« Les spécialistes de Nerval le savent : nous sommes ici devant un montage. » C’est par cette phrase qu’André Miquel ouvre sa préface au Voyage en Orient. Gérard de Nerval a 34 ans lorsqu’il quitte Paris en décembre 1842 pour s’embarquer à Marseille, à destination de « l’Orient » où il voyagera du Caire à Istanbul tout au long de l’année 1843. Il commence alors à publier son récit de voyage dans la Revue des Deux-Mondes sous forme d’articles et de feuilletons, mais la version définitive du Voyage en Orient n’est achevée qu’en 1851, soit huit ans plus tard. Le Voyage en Orientest bien le « montage » de deux voyages différents, effectués à trois ans d’intervalle ; de plus, de nombreux passages sont empruntés à des lectures, ou inspirés par des fantasmes. C’est à cet égard que le Voyage de Nerval a été beaucoup commenté ; c’est précisément parce qu’il a été mûri comme une œuvre artistique, et non livré comme un journal de bord, qu’il a autorisé les chercheurs à se pencher sur lui pour trouver les chevilles de l’esprit orientaliste qui animait les voyageurs de la première moitié du XIXe siècle. Lire la suite…

.

                                                                                                                                                                                                      

Delacroix en Orient

MARS 14, 2012

Acte 1 : L’Orient avant l’Orient

Un homme enturbanné est allongé avec nonchalance. Le visage dans l’ombre, il assiste, insensible, au massacre de ses favorites au milieu d’une chambre feutrée de rouges, de nacres et d’ors, dans laquelle la nudité des femmes ressort avec éclat. Le cadre incarne la « splendeur orientale » présente dans les imaginaires européens depuis le sac de Constantinople. Opulence matérielle, opulence charnelle, un mot vient naturellement à l’esprit : harem. Au premier plan, une femme nue reçoit le coup de poignard d’un homme barbu, au profil anguleux arrondi par le foulard bleu noué dans ses cheveux. Cette femme exhibée et possédée cristallise l’ambivalence d’un regard étranger sur le harem : niée par un pouvoir masculin cruel, elle fascine néanmoins par la volupté, le désir qu’elle évoque. Lire la suite…

.

                                                                                                                                                                                                   

A domesticated villain – Lord Byron’s The Giaour

Mars 4, 2012

Lord Byron in Albanian dress, painted by Thomas Phillips in 1813Lord Byron, adventurer and father of English Romantics, one of the first to be projected into the limelight for good looks and dangerous sexuality. A striking figure, and self styled man of action. And why not ? He did give birth to Philhellenism, after his military campaign in Missolonghi where his short life ended in 1824 (most probably from blood poisoning1). His writings inspired all of Europe to rise to action for a free Greek republic, the very idea of which clashed with ambiant absolutist attitudes tied to the French Restoration and the Holy Alliance. Continue reading…

.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :